Librairie-café généraliste, indépendante et coopérative

Vente et commande de livres neufs, papeterie originale et choisie

Sélection de jeux de société. Espace café-salon de thé.

Événements culturels et expositions temporaires.

Conseils de lecture

Un bref instant de splendeur
22,00
par (Libraire)
28 février 2021

Sublime

"Je repense à la beauté, à ces choses qu'on chasse parce qu'on a décidé qu'elles étaient belles. Si la vie d'un individu, comparée à l'histoire de notre planète, est infiniment courte, un battement de cils, comme on dit, alors être magnifique, même du jour de votre naissance au jour de votre mort, c'est ne connaître qu'un bref instant de splendeur."

C'est une lettre. La lettre d'un fils à sa mère, qui, dit-il, ne la lira jamais. Un fils élevé par sa mère et sa grand-mère, tous trois issus de l'immigration vietnamienne aux États-Unis.
Une lettre sublime, d'une rare poésie, où coule le flot de la mémoire, des émotions, et de chacun de ces milliards d'instants qui composent la mosaïque qu'est l'individu.

Avec une justesse bouleversante, Ocean Vuong convoque l'enfance, le déracinement, la non-communication, la violence et la tendresse toujours intrinsèquement liées, la folie et la compassion, la masculinité et l'éveil du désir, des rizières du Vietnam à la terre battue des champs de tabac des États-Unis.
Un roman d'une beauté éclatante, coup de coeur conjoint de E. et B.


Ci-gît l'amer, Guérir du ressentiment

Guérir du ressentiment

Gallimard

21,00
par (Libraire)
25 février 2021

Il y a d'abord cette magistrale ouverture, empruntée à Melville :
"Quand je me sens des plis amers autour de la bouche, quand mon âme est un bruineux et dégoulinant novembre [...] et surtout lorsque mon cafard prend tellement le dessus que je dois me tenir à quatre pour ne pas, délibérément, descendre dans la rue pour y envoyer dinguer les chapeaux des gens, je comprends alors qu'il est grand temps de prendre le large".
Dans son nouvel essai, la philosophe et psychanalyste Cynthia Fleury s'intéresse à cette amertume qui envahit le narrateur de Moby Dick. Elle arpente le ressentiment, ses ressorts et ses déclinaisons - rancœur, envie, jalousie... Convoquant sa pratique clinique, elle se focalise d'abord sur l'intime et présente les mécanismes qui entretiennent le ressentiment chez l'individu. Elle propose ensuite une lecture collective du ressentiment - car certaines structures politiques, nous dit-elle, se font plus volontiers le lit de l'amertume. Elle ouvre enfin des pistes, des horizons, pour se défaire de l'amer.
Habité par les voix amies de nombreux poètes et philosophes, voici un livre dense et stimulant, généreux, qui ouvre les portes de nouvelles lectures - à commencer par Fanon - et invite à aller dans le monde. Précieux viatique !


L’Estrange malaventure de Mirella
15,50
par (Libraire)
24 février 2021

Une formidable et audacieuse réécriture du conte bien connu des frères Grimm, Le Joueur de flûte de Hamelin.
Nous suivons, comme posés sur son épaule, Mirella, jeune porteuse d’eau au service de la population d’Hamelin, écrasée par la canicule.
La ville bruisse: les cloches ne cessent de sonner, elle court de maison en maison avec ses deux seaux bien remplis, les rats soudainement envahissent chambres à coucher barricadées et arrière-boutiques, la peste prend ses quartiers sans crier gare.
Petit à petit, notre héroïne réalise qu’elle a un rôle à jouer immense dans cette épidémie afin d’éradiquer la maladie et de sauver les gens qu’elle aime. Il lui faudra, en chemin, rencontrer la reine des lépreux, adopter un petit garçon fragile, lutter contre la corruption et ... frayer avec un étonnant adversaire!
L’univers de Mirella, enfant trouvée, est sans pitié: loin des fleurettes, poussent ici, au milieu du purin, de redoutables roses.
C’est une plongée au cœur du Moyen-Âge, avec ce que ces temps contiennent de violence (notamment pour les femmes) et de fascination.
Une héroïne qui se découvre forte et puissante, de la magie, une langue pleine d’invention en vieux français fantaisiste (pour lecteurs aguerris donc)...
Un très beau récit de liberté au féminin qui n’a de cesse de nous surprendre!
E.


Les Vilaines

Anne-Marie Métailié

18,60
par (Libraire)
24 février 2021

Nous sommes à Córdoba, en Argentine.
Une poignée d’orphelines se rêve famille uniquement composée de sœurs et partage les trottoirs, résistant ensemble, perchées sur leurs aiguilles ou leurs plateformes, aux vents mauvais.
Cet archipel de solitudes fait communauté et cette communauté hurle: être trans est une fête!
Entre deux clients, au cœur du parc Sarmiento, Tante Encarna, redoutable et truculente reine aux seins gorgés d’huile de moteur, trouve une nuit un bébé abandonné: ô bienheureux enfant qui, dans son malheur, ne pouvait trouver meilleures fées-marraines!
Aucun misérabilisme ni voyeurisme dans ce formidable premier roman: C’est un conte de survie furieuse et d’infinie tendresse.
Être trans est une fête mais c’est aussi une malédiction: l’humour et le rire de ces divas-sans-sommeil en quête assoiffée d’Amour côtoient ce que la haine et la peur de l’Autre ont de plus odieux. La métamorphose de l’une d’elles en oiseau se fait alors écho de la trajectoire de Camila, le personnage principal, battant continuellement des ailes pour ne pas tomber et cherchant désespérément où se (re)poser enfin.
De leurs larmes éternelles comme la neige, elles créent tantôt des bijoux, tantôt des lames de rasoirs et « celles de nous qui restent brodent des paillettes sur nos linceuls ».
Superbe!
E.


Le don des oiseaux

Escampette Éditions

13,00
par (Libraire)
24 février 2021

"La première fois que je te vois, tu danses.
Sous une table, entre deux chaises, tu tournes, tangues, vrilles, virevoltes, te tortilles, vires de droite à gauche, sautilles, chancelles, t'élèves, gambades... Bondissante.
Une véritable danseuse.
Tombée du nid, c'est ce que je comprends après t'avoir observée un moment.
Ne sachant pas encore voler, tu danses.
"Dansez, dansez, sinon nous sommes perdus", sembles-tu murmurer avec Pina."

À plusieurs reprises, Karen Dutrech a trouvé sur son chemin des oisillons esseulés. Elle a accueilli, protégé, nourri ces fragiles étourneaux, martinets, moineaux le temps d'une mue ou d'une convalescence, pour les voir, après quelques semaines ou mois, prendre leur envol pour de bon.
Ce très court ouvrage est un écrin de douceur et d'intelligence.
Ce chemin de rencontres avec le Sauvage a modifié très profondément le rapport de la narratrice au monde: il est pavé de moments de grâce subtils et pépiants!

"Au fil des oiseaux avec lesquels j'ai noué commerce, j'ai remarqué que cette sorte de fusion, de compagnonnage s'effritait sous l'emprise de la loi biologique : l'heure de l'envol correspond au dénouement de la mue (octobre-novembre).
Comme si, soudain, je ne parvenais plus à m'aligner sur votre partition musicale (la vivacité explosive), comme si le tressage de nos "régions" respectives atteignait une limite, ou plutôt deux: celle de la pesanteur et de l'éminemment sauvage.
L'irrémédiable absence d'ailes et la civilisation."
À dévorer!
E.