Librairie-café généraliste, indépendante et coopérative

Vente et commande de livres neufs, papeterie originale et choisie

Sélection de jeux de société. Espace café-salon de thé.

Événements culturels et expositions temporaires

Son oeil dans ma main, [algérie, 1961-2019]
EAN13
9782919436514
ISBN
978-2-919436-51-4
Éditeur
IMG Plurielles
Date de publication
Nombre de pages
232
Dimensions
24,7 x 23,7 x 2,7 cm
Poids
1210 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Son oeil dans ma main

[algérie, 1961-2019]

De

Illustrations de

IMG Plurielles

Offres

1961
Alger - Entre le printemps et l’automne de cette année charnière, Raymond Depardon, jeune reporter de 19 ans à l’agence de presse Dalmas, est envoyé à plusieurs reprises en Algérie. Lors de ses séjours dans la capitale, il saisit des scènes de la vie quotidienne, montrant deux mondes où se côtoient « Musulmans » et Européens d’Algérie, et capte la tension qui monte dans une ville où la présence de l’Organisation de l’armée secrète (OAS) se fait de plus en plus menaçante.
Évian - Le premier round des négociations entre la France et les représentants du Front de libération nationale (FLN) pour mettre fin à la guerre d’Algérie a lieu à Évian, du 20 mai au 13 juin 1961. L’un des rares journalistes français à être accrédités auprès de la délégation algérienne, dans la villa du Bois d’Avault, au bord du Lac Léman (côté Suisse), le jeune Depardon saisit les « temps morts » qui lui sont si chers.
L’Oranie - Durant les négociations, il fait partie d’un voyage de presse organisé en Oranie, pour y mener un reportage à Magra et Oued El Kheir (région natale de Kamel Daoud) où se trouve un « village coopérative ».
2019
Toujours en noir et blanc, Raymond Depardon photographie Alger, alors que la ville bat au rythme du Hirak, vaste mouvement de protestation entamé en février 2019. Puis il rejoint Oran par train, où, durant cinq jours, il retrouve Kamel Daoud pour de longues déambulations dans la ville. Ce qui frappe lorsqu’on observe ces photographies de 2019 : l’omniprésence des femmes, voilées ou pas, dans l’espace public. Nul mieux que Raymond Depardon n’a su capter cette évidence.
Kamel Daoud, de son côté, imprégné des photographies des deux périodes, a écrit quatre textes très différents : trois pour 1961, un pour 2019. Ce sont des créations libres, s’emparant de l’histoire algéro-française avec le lyrisme, la fougue et l’audace propres au chroniqueur et écrivain algérien. Le livre est par ailleurs zébré de « comètes », textes courts – haïkus, visions –, fulgurances ricochant sur une photo grâce au graphisme « accoustique », épuré et élégant de Lili Fleury : elles vibrent, se répercutent, résonnent comme des lignes musicales.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Raymond Depardon