Librairie-café généraliste, indépendante et coopérative

Vente et commande de livres neufs, papeterie originale et choisie

Sélection de jeux de société. Espace café-salon de thé.

Événements culturels et expositions temporaires

 

Pascale B.

Rodolphe Casso

Aux forges de Vulcain

20,00
Conseillé par
17 juin 2024

Derrière le rideau de fer

Gus passe sa nuit de looser dans un bar rétro, en compagnie d’autres esseulés, partageant un ou plusieurs verres…
L’auteur excelle à dépeindre des personnages pittoresques et pourtant familiers dans un lieu certes lucratif, mais accueillant sans limite dans le temps.
Il rassemble ici des solitudes et petites scènes de vie aux discussions savoureuses, révélant l’humanité de personnes marginalisées ou laissées pour compte.
Le rythme est donné par de courts chapitres, des dialogues spontanés et fluides, riches en nuances de langage.
L’écriture s’harmonise avec l’ambiance du comptoir, ponctuée de chansons.
Un éloge nostalgique du bistrot dont la fin apporte une cohérence au récit.

Conseillé par
14 juin 2024

Sortie de rails

Ce premier roman autobiographique est un réel coup de cœur. Fleur nous entraîne dans les profondeurs de la cave consulter les souvenirs de famille, revenant sur une enfance éclaboussée par les dysfonctionnements du couple parental.
A travers une belle métaphore végétale et souterraine, l’auteur dévoile la vie de deux sœurs, malheureuses spectatrices de vies gâchées, désireuses de vivre éloignées sans culpabiliser.

D’une belle et délicate écriture, Florence Chataignier nous livre un face-à-face intime avec le passé, en quête de réponses… Emouvant jusqu’à la délivrance.

« Jean aime les jolies filles comme on aime les peintures, les œuvres, en esthète »

« Son cerveau en période de tri, période de ménage de printemps, ne garde que l’essentiel des souvenirs… »

« La vérité n’existe pas, il ne reste que la mémoire des sentiments »

Sonatine éditions

22,00
Conseillé par
8 juin 2024

Arnold

La vie de Bill et Pénélope a radicalement changé depuis une épidémie venue d’Islande : ils cultivent désormais leur nourriture et pratiquent le troc à la place du dollar. Lorsqu’ils découvrent que leur fille Hannah a rejoint une secte en Californie, ils décident de partir la rejoindre, entreprenant un périple périlleux à travers le pays.

Ce roman futuriste suit un couple déterminé dont l’expédition est ponctuée de rencontres et d’embuches. L’auteur fait preuve d’une imagination débordante tout en offrant des portraits cohérents. C’est également une introspection poignante au cœur d’une aventure riche en surprises et en découvertes du monde.

L’écriture incisive est fluidifiée par de nombreux dialogues, rendant les sentiments des personnages palpables. L’ensemble est plutôt captivant et la situation post-apocalyptique laisse cependant place à l’espoir.

Vladimir Vertlib

Anne-Marie Métailié

22,00
Conseillé par
8 juin 2024

Tragi-comique

Le roman dépeint une ville assiégée et bombardée, en proie à un conflit entre dirigeants et des rebelles, plongeant le lecteur au cœur d’une famille qui lutte pour survivre dans ce tourbillon de violence. Paul, le chef de famille, s’efforce de restaurer son image ternie sur les réseaux sociaux.
Vladimir Vertlib dépeint avec sarcasme une société violente et dangereuse, incitant à réfléchir sur les conséquences pour les plus vulnérables. Il analyse le comportement d’un père de famille ordinaire engagé dans une quête ardue.
La présence d’un zèbre, aussi atypique que le déroulement du conflit, donne le « ton », infusant la caricature dans le chaos. Cet observateur imperturbable et détaché offre un regard acerbe sur la lâcheté humaine.
Cette vision inédite, décalée et dérangeante des médias interactifs est teintée d’amertume. L’écriture est fluide et perspicace.

Les Presses de la Cité

23,00
Conseillé par
5 juin 2024

L’auteur nous raconte l’histoire d’une famille israélienne vivant aux États-Unis, jouissant d’une situation apparemment confortable et prospère.
Ayant fui la guerre, ils sont rattrapés par la violence lors d’un attentat les obligeant à affronter les tensions et dilemmes liés à leurs origines et à leur appartenance.

La rencontre avec un compatriote charismatique va perturber l’équilibre familial (La séquence avec le chien suscite une émotion particulière) ; la violence et la manipulation s’infiltrent progressivement dans leur quotidien, bouleversant les certitudes de chacun et les poussant à des réflexions profondes sur leur identité et leur avenir.

Ayelet Gundar-Goshen traite avec nuance et complexité des thèmes majeurs tels que l’antisémitisme, le déracinement, l’adolescence et le harcèlement, l’amour maternel…. Son écriture fluide et sa fine analyse pénètrent l’âme des personnages avec cohésion et habileté.

« J’ai détourné les yeux. Fixé la clôture. Bouché mes oreilles pour ne plus entendre les hurlements. J’ai déserté J'étais là, mais je désertais ».

« Ses yeux étaient sombres et agités, comme la mer de Tel-Aviv en hiver »