Librairie-café généraliste, indépendante et coopérative

Vente et commande de livres neufs, papeterie originale et choisie

Sélection de jeux de société. Espace café-salon de thé.

Événements culturels et expositions temporaires

Florence R.

Dolen Perkins-Valdez

Seuil

22,90
Conseillé par (Libraire)
2 février 2023

Ne pas oublier

S'inspirant de faits réels, particulièrement révoltants, Dolen Perkins-Valdez réussit un roman fort et édifiant.
1973 en Alabama, Civil Townsend jeune diplômée, est embauchée au planning familial de Montgomery. Afro-américaine, issue d'un milieu social favorisé - son père est médecin, droit et dévoué à ses patients.
Civil est sur la même ligne, elle est très investie au sein du planning familial et fait tout ce qu'elle peut pour aider ces femmes en grande détresse. Lorsqu'on lui enjoint d'administrer des injections à deux mineurs, dont une n'est pas encore réglée, elle commence à sérieusement douter...
Dolen Perkins met en lumière par le biais de la fiction l'iniquité et la monstruosité dont on fait preuve les autorités lorsqu'il s'est agit de stériliser abusivement des fillettes, et des jeunes filles Afro-américaines pour la plupart, vivant dans une très grande précarité.
Construit telle une enquête, on suit le parcours de Civil Townsend, personnage fictif, qui au fil des pages va prendre fait et cause pour ces jeunes filles. Elle vouera sa vie pour leur rendre justice, faisant preuve d'une totale abnégation. L'objectif de l'auteur est atteint : informer et ne jamais oublier.

Éditions Gallmeister

25,20
Conseillé par (Libraire)
2 février 2023

Caverneux

C'est poisseux : on sent d'emblée l'humidité marécageuse du Bayou où des démons et autres créatures seraient tapis dans l'ombre.
C'est peu dire que l'auteur, Andy Davidson a le don de planter le décor. Et nous voilà, pauvre lecteur effaré, pris dans les tourments de cette histoire caverneuse.
Pour tous les adeptes du genre, foncez donc le lire, le charme opère très vite !

18,00
Conseillé par (Libraire)
1 février 2023

Un très beau premier roman

Les souvenirs fusent, une vieille dame se remémore l'âge d'or de la maison de famille, des moindres recoins aux nombreux allées et venues des uns et des autres. Et c'est tout simplement beau. L'écriture de Perrine Tripier est enveloppante, une poésie douce émane de ces pages. Un premier roman fort séduisant et d'une maturité certaine.

Conseillé par (Libraire)
27 janvier 2023

Epatant

Kay, quinqua dynamique et volontaire vient de perdre son père. Sénile depuis une bonne dizaine d'années, elle l'assistait quotidiennement. Harassée par ces années éprouvantes, Kay se demande bien comment faire pour éviter une déchéance inéluctable.
Son mari Cyril trouve la parade : planquer deux comprimés dans le fond du frigo et le jour de leur 80 ans, après un bon gueuleton, avaler ces fichus cachets. Le choix de l'âge semble bien arbitraire à Kay mais après tout ils en auront bien profité.
Partant de ce postulat Lionel Shriver s'amuse à décliner plusieurs versions où tous les possibles sont envisagés. Du mari lâche à la femme indécise, préférant anticiper ses vieux jours en se parquant dans un hospice haute gamme (et bien flippant) aux enfants ingrats qui ne reculeront devant rien pour se débarrasser d'eux. Lionel Shriver y va allègrement, sans aucune limite et c'est jubilatoire. Elle dégomme au passage pas mal de poncifs et autres clichés sur la vieillesse. Alerte et mordant, "A prendre ou à laisser" est à garder sous le coude, sans nul doute !

16,50
Conseillé par (Libraire)
23 janvier 2023

Un roman au cordeau

Un récit en trois actes, trois points de vue à trois époques distinctes (1967, 1974 et 2021): celui de la femme, mère de famille, vivant dans une ferme isolée, sous le joug de son mari violent et fruste. Un malaise sourd l'étreint, elle est piégée, pris à la gorge par une vie dont elle ne veut plus. Ses pensées nous sont livrées ici, lucides et implacables. Malgré ses craintes, on la sent déterminée.
Deuxième période : cette fois-ci, c'est le mari qui s'exprime, sans aucune retenue, il verse sa bile sur sa femme qui est partie. Il évoque son quotidien d'homme seul, de père sporadique, happé par sa vie à la ferme.
Puis, la troisième période : celle de leur fille, venue signer chez le notaire la vente de cette ferme. Elle y a vécue petite avec sa sœur et son frère. Elle se souvient et se souviendra...
Un roman au cordeau, oppressant à souhait. Le soliloque de la femme est terrible : la description de son quotidien est précis, quasi méticuleux, sans emphase, puis vient le constat - sans appel. La parole jaillit enfin - là voilà libérée. Celui du mari est violent, on perçoit une absence totale d'empathie. Il œuvre sans aucun état d'âme. Il restera taiseux jusqu'au bout.