Librairie-café généraliste, indépendante et coopérative

Vente et commande de livres neufs, papeterie originale et choisie

Sélection de jeux de société. Espace café-salon de thé.

Événements culturels et expositions temporaires.

par (Libraire)
12 juin 2021

Il existe deux cités. Deux cités comme deux adversaires qui disposent leurs pions sur un même plateau, celui de La Tour de Garde, jeu stratégique à laquelle on s'adonne au Sud comme au Nord.
D'abord, Gemina. Capitale tentaculaire au Sud, cité vivante, musicale, dont le sang répandu dégage des arômes de vin sucré, d'olivier millénaire et de poisson pourri. Gemina, cité brûlante, au sein de laquelle s'articulent les jeux de pouvoir, les rivalités de clans, les enjeux commerciaux et les alliances diplomatiques fines comme papier de soie. Gemina, là où le jeune Nox, commis d'épicier à l'ascendance trouble, trace sa route au milieu des intrigues et des coups bas, s'immergeant peu à peu dans un univers magique et envoûtant.

Le Sang de la cité est le premier tome prometteur d'une série écrite à quatre mains, La Tour de Garde, qui comportera 6 tomes. Trois tomes au sud, trois tomes au nord. Premier coup réussi, qui sans révolutionner les codes de la fantasy (on pense beaucoup au Trône de Fer, notamment), a le brio de placer la ville au centre de l'histoire. C'est elle l'héroïne véritable de l'intrigue, par sa complexité, sa musicalité, et la vitalité qu'elle dégage. Au coeur du dédale de ses rues, on suit avec plaisir les pérégrinations initiatiques de Nox, tant la lecture est fluide et l'ambiance captivante.
C'est à Claire Duvivier de jouer le coup suivant sur le plateau de La Tour de Garde, du côté de Dehaven, la rigide mégalopole du Nord.
À suivre en octobre !

Actes Sud

9,90
par (Libraire)
3 juillet 2021

Pour une raison ignorée de tous, l'air sur Terre, chargé de gaz toxiques, est devenu irrespirable. L'humanité se réduit à peau de chagrin: quelques milliers de survivants cohabitent dans un immense silo enterré de 144 étages , tout de fer et d'acier.
À chaque niveau de l'habitacle sa corporation, son utilité collective. Le but de chacun: servir le bien commun. Cette micro société, véritable poudrière, est régie par des lois strictes et toute personne qui songe à les remettre en question se retrouve illico dénoncée et expulsée à la surface.
Mais le ou la condamné.e, juste avant de se consumer, ne manque jamais de nettoyer les caméras qui capturent des images de l'extérieur. Et toute la population de grimper (certains pendants des jours) l'unique escalier hélicoïdal pour venir contempler le spectacle renouvelé du Dehors, diffusé sur écrans géants à l'étage des dignitaires!

Mais voici que quelques un.e.s se mettent à douter...

Les êtres, aux caractères bien trempés, sont assez proches de la figure; le rythme, soutenu par des chapitres courts, est enlevé; les charnières du récit bien huilées au suspense. Enfermement, complot, violence de classes, défiance, débrouillardise et insurrection sont au rendez-vous dans ce désormais Classique de la Science-fiction.

Je recommande chaudement (mais avant de plonger, prenez une bonne goulée d'air)!

E.